West USA : San Francisco, de Mission à Sausalito [4/25]

 

Today : de la maison bleue, des fresques, de l’eau et des maisons bateaux.

Matinée habituelle : du gris et de la brume dans le ciel. Mais si l’on en croit notre (courte) expérience de ces derniers jours, le soleil devrait faire son apparition en milieu de journée, ce qui ferait bien notre affaire pour notre croisière, que nous ne pouvons plus remettre à plus tard ! Eh oui, dernier jour à San Francisco…

Pour occuper cette matinée nuageuse, nous allons nous promener dans les quartiers de Mission et Castro.

Plongée dans Castro, le quartier gay de la ville, et dans les années 1970 par la même occasion. Harvey Milk, militant de la communauté gay, y a ouvert vers 1975 un magasin de photo (remplacé aujourd’hui par un bureau de Human Rights). C’est avec d’autres commerçants homosexuels du quartier que Milk officialisa en quelque sorte le mouvement pour les droits civiques des homosexuels. Voilà pour la minute culturelle !

De cette période restent pas mal de bars et boutiques branchés et de nombreux drapeaux arc-en-ciel. Mais depuis les années 1980 et les ravages du VIH, la ville a décidé de fermer les nombreux bains publics fréquentés par les homosexuels et qui sont évoqués plusieurs fois dans Les Chroniques de San Francisco.

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à SausalitoJ4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Nous allons jusqu’au fameux Castro Theater, un vieux cinéma de style baroque, classé monument historique.

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

C’est ensuite vers la 18th Street que nous nous dirigeons, dans l’espoir de trouver LA maison bleue, celle de la chanson ! Et figurez-vous que nous avons de la chance, car elle n’est redevenue bleue que récemment, après avoir été outrageusement repeinte en vert pendant des années ! (oui, ils ont osé)

Comme vous vous demandez sûrement comment cette histoire de maison bleue est venue à Maxime Leforestier (si, vous vous posez la question, on le sait), arrêtons-nous quelques instants pour faire un point info. Maxime Leforestier s’envole pour SF en 1971 avec sa soeur, et loge durant quelques semaines à une adresse recommandée par un ami. C’est la fameuse maison bleue, adossée la colline (en même temps, il y a des collines partout, ici) et habitée par une communauté hippie. A la suite de ce séjour, pour remercier ses hôtes et désormais amis, Maxime Leforestier, ne sachant quoi leur offrir, va composer une chanson.

Allez, ne boudons pas notre plaisir !

On connaît la chanson, et pourtant, on n’avait jamais vraiment écouté les paroles…

Maison tout à fait dans le style victorien typique de la ville, elle porte une plaque explicative en français. Un cycliste passant par là, s’arrête et nous demande pourquoi nous prenons en photo cette maison. C’est vrai, quoi, il voit sans arrêt des touristes s’arrêter ici, sans raison apparente ! Nous lui expliquons donc tant bien que mal l’histoire de la chanson (= tu peux pas comprendre, c’est un truc de Français).

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Du quartier de Castro, nous passons à celui de Mission, au passé hispanique.

Mission doit son nom à la première mission espagnole de la région, point de départ de l’évangélisation franciscaine. Et qui dit franciscains, dit San Francisco. C’est pas un peu dingue ?

On y trouve une exceptionnelle concentration de peintures murales. D’abord sur le Women’s Building, un centre promouvant l’égalité des sexes. Le bâtiment entier est recouvert de fresques, réalisées par 7 femmes artistes. Les couleurs sont vives et chatoyantes, les motifs spectaculaires !

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Continuons vers Clarion Alley : une ruelle entière recouverte d’une multitude de fresques, aux messages souvent politiques ou idéalistes.

Un artiste est justement en train de retravailler sa peinture, vandalisée la veille par un graffeur. Nous le regardons travailler. Les fresques sont en perpétuel renouvellement dans cette allée, les peintures évoluent, se font et se défont.

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à SausalitoJ4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à SausalitoJ4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Sur Valencia Street, nous traversons des brocantes installées là sur le trottoir. Le quartier est jeune, bobo mais plutôt modeste. Un pub retransmet la finale de la Coupe du Monde de football (même ici, on n’y échappe pas !) : toujours 0-0 entre l’Allemagne et l’Argentine, c’est bon on n’a rien raté !

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Et comme prévu, il fait un grand soleil ! L’occasion pour reposer nos pieds dans le Mission Dolores Park. Il y a beaucoup de familles qui pique-niquent – c’est dimanche – et même des tables de massage au milieu de l’herbe !

La vue est magnifique, le temps est magnifique = bonheur !

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

C’est pas le tout, mais il faut maintenant retourner à la voiture, en bravant les pentes et la chaleur !

Et sinon, vous avez des rues sans pente ? non ? ah.
Et sinon, vous avez des rues sans pente ? non ? ah.

Et sinon, vous avez des rues sans pente ? non ? ah.

Nous descendons jusqu’au Pier 39, pour acheter nos billets pour notre croisière dans la baie.

Avant que le bateau ne parte, mangeons un petit hot-dog et flânons encore un peu sur la jetée. Devant un café bondé qui retransmet la finale, évolution du score (des fois que vous ne l’ayez pas suivie en live en juillet dernier): 1-0 pour l’Allemagne, cris et hourras dans la foule.

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Crème solaire et polaire, nos alliés sur le bateau. La croisière nous emmène jusque sous le Golden Gate Bridge (tout aussi impressionnant vu d’en bas), puis autour de l’île d’Alcatraz.

J4 - San Francisco, de Mission à SausalitoJ4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Si l’île a été choisie pour abriter une prison fédérale, c’est en raison évidemment de son isolement, mais aussi pour les forts courants glacés qui l’entourent et qui devaient dissuader d’éventuels candidats à l’évasion. Son pensionnaire le plus fameux fut Al Capone dans les années 30.

Il n’y a plus de prisonniers depuis 1963 (non, vous ne verrez ni Clint Eastwood, ni Sean Connery, célèbres pensionnaires de fiction), mais on peut visiter les bâtiments.

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à SausalitoJ4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Depuis le milieu de la baie, la vue porte d’un côté sur le pont et Alcatraz, et de l’autre vers la ville. Encore un beau spectacle !

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

De retour sur la terre ferme, petit détour par les boutiques du pier pour plier à la tradition des souvenirs et des cartes postales.

Puis nous prenons le chemin du Fisherman’s Wharf, et plus précisément du Musée Mécanique qui s’y trouve. On peut y jouer à toutes sortes de jeux mécaniques. Certains sont très anciens, d’autres tout à fait modernes, mais pour la plupart ont un fonctionnement assez abscons !

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à SausalitoJ4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Nous récupérons la voiture pour retourner vers le Golden Gate Bridge. Alors cette fois, nous n’allons pas nous contenter de le regarder, nous allons le traverser !

Il faut savoir que pour emprunter le pont il y a un péage quand on vient du nord. Pour l’instant, nous venons du sud pour aller vers le nord, donc tout va bien. Mais la question est : comment payer le péage quand on n’a pas de monnaie et que les cartes bancaires ne sont pas acceptées ? Réussirons-nous à revenir vers la ville ? (teasing de ouf)

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Il y a du monde sur les 6 voies du pont, mais pas d’embouteillages. Les immenses haubans défilent sur les côtés. On peut même faire la traversée à vélo ou à pied, enfin… sous réserve de porter deux manteaux et trois écharpes.

Finalement la traversée est rapide. Tout au bout, nous nous arrêtons à Vista Point, d’où l’on voit le pont et la baie. Le parking est conçu comme un grand rond-point, les places sont disposées tout autour. Le premier arrivé s’engage dans le rond-point et attend une place libre, et chacun patiente ainsi à la queue-leu-leu, sans avoir besoin de faire 10 fois le tour du parking pour se voir ravir une place juste sous son nez…

Bref, inutile de s’énerver pour se garer, même quand il y a du monde. Nous profitons de la vue ; encore une occasion de faire nos touristes.

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

De ce côté du pont se trouve la ville de Sausalito. Nous cherchons le petit port nommé Waldo Point, où sont amarrés des house boats. Autrefois occupée par les chantiers navals, la ville a été investie dans les années 1960-1970 par les hippies, qui ont rafistolé des bateaux pour y habiter. Aujourd’hui ce village flottant compte autant de mignonnes petites péniches que de structures d’architectes. C’est devenu un lieu prisé des bobos de la région.

Les pontons qui desservent les habitations sont habituellement fermés, mais avec un peu de chance et un riverain conciliant, on peut s’y promener librement.

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à SausalitoJ4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
Nous rejoignons ensuite le centre de Sausalito, qui offre encore de jolis points de vue sur la baie et sur San Francisco.
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Fin de journée sur la Scenic Road, dans les collines au-dessus du pont. Les « overlooks » s’égrènent le long de la route, c’est l’heure de pointe chez les photographes ! Il faut dire que les couleurs de fin de journée rendent le spectacle assez magique !

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Nous resterons jusque dans la soirée, de nuit, avec trépied, retardateur, polaire et bonnet.

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito
J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Il est temps de rentrer à San Francisco.

Rappelez-vous, ce soir, nous devons avoir la réponse à notre question : comment franchir le péage du pont ? Dans les guides, aucune info à ce sujet, juste que les cartes bancaires ne sont pas acceptées…

Les choses se compliquent encore quand, à l’approche du pont, on peut lire sur des panneaux lumineux « No Stop on Toll » (« Ne vous arrêtez pas au péage »). Euh ?!? C’est pas vraiment comme ça qu’on nous a appris à passer les péages chez nous… Et en effet, aucune voiture ne s’arrête, les barrières sont ouvertes, pas l’ombre qu’un guichetier dans les cabines. Eh bien je crois que nous allons passer comme ça, incognito…

NDLR : Pas si incognito que ça évidemment… Le service des péages de SF retrouvera notre trace, vous pensez bien, et nous enverra un gentil petit courrier pour nous demander de nous acquitter d’une amende…

Mais alors, damned, comment fait-on pour payer ? Renseignements pris, il fallait payer le péage à l’avance via Internet… Certains prétendent même que parfois on peut s’arrêter pour payer à la guitoune, comme en France…

J4 - San Francisco, de Mission à Sausalito

Sur ce, on peut aller se coucher tranquille !

2 réactions sur “ West USA : San Francisco, de Mission à Sausalito [4/25] ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *