Californie : Compter les pontons [4/15]

 

7h30 Youhouuuu, c’est la grasse mat’ aujourd’hui !!! 😂

Bon ce motel ne restera pas dans les annales, mais il y a des Lucky Charms au petit déjeuner, et ça, ça met de bonne humeur !

J4 - Compter les pontons

Nous remballons tout, et hop, direction le front de mer de Morro Bay de bon matin.

Gros pick up, planche de surf et pause yoga face à la mer, bienvenue en Californie !!!

J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontonsJ4 - Compter les pontons

Nous nous offrons une petite balade le long de la mer. C’est le matin, il fait beau, les gens font leur footing ou promènent leur chien, les pêcheurs s’affairent au port, les commerçants s’activent dans leurs boutiques.

Mais oui, c'est le Morro Rock, vous le reconnaissez ?
Mais oui, c'est le Morro Rock, vous le reconnaissez ?
Mais oui, c'est le Morro Rock, vous le reconnaissez ?

Mais oui, c’est le Morro Rock, vous le reconnaissez ?

Il y a un embarcadère, de jolies petites maisons colorées en bois, des massifs fleuris, et plus loin des odeurs de pin et d’eucalyptus. Atmosphère tranquille d’une petite ville de bord de mer.

J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons

Puis nous partons plein sud, en alternant côte et petites villes. C’est un peu ce que nous attendions avec impatience, depuis le retour de notre précédent voyage. L’océan, les petites stations balnéaires, l’ambiance paisible, tout nous avait plu. Et longer la côte pacifique sur la Route 1, c’est même ce qui a motivé en grande partie le choix du cabriolet cette année !

Sur notre route se trouve la ville de San Luis Obispo, créée au XIXème siècle pour accueillir une mission catholique – comme bon nombre d’autres villes californiennes. Nous n’irons pas visiter la mission, mais nous en profitons pour passer devant quelques lieux d’intérêt.

Bien loin de l’histoire catholique de la ville, nous apercevons le Madonna Inn, hôtel quelque peu… voyant ? kitsch ? Aucun rapport en tout cas avec la chanteuse, le nom est celui des propriétaires.

L’apparence extérieure n’est pas sans rappeler un relais de montagne… L’hôtel propose aux clients des chambres à la déco thématique (jungle, collines irlandaises, coeurs, grotte,… n’en jetez plus), le plus souvent au sommet du bon goût, n’est-ce pas… Si vous ne craignez pas l’overdose de kitsch, sachez que cet hôtel se visite ! Nous, nous préférons passer notre chemin sans nous arrêter (mais voici quand même quelques photos pour vous faire rêver… ou pas).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Madonna_Inn (photos Pierre André)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Madonna_Inn (photos Pierre André)https://fr.wikipedia.org/wiki/Madonna_Inn (photos Pierre André)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Madonna_Inn (photos Pierre André)

Puis, en plein centre ville, au détour d’une rue commerçante, on peut se perdre dans de petites ruelles sombres. L’une d’entre elles, la bien nommée Bubblegum Alley, a la particularité d’être recouverte de chewing-gums… C’est une véritable attraction toursistique ! Il faut quand même avoir l’estomac bien accroché, parce que la vue de tous ces morceaux mâchouillés et sans âge n’est pas très ragoûtante… Mais certains en font de véritables oeuvres d’art. L’origine de cette tradition n’est pas très claire, mais toujours est-il que malgré les plaintes des riverains et plusieurs tentatives de grand nettoyage (respect aux courageux qui s’en sont chargés…), les « graffitis » reviennent toujours. La ruelle apparaît même dans certains romans et journaux, et aurait inspiré certains artistes…

Et bon appétit bien sûr !

J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons

Bon nous, bien plus que la ville, ce qui nous intéresse, c’est la mer ! En route pour Avila Beach !

Jolie petite station balnéaire avec ses palmiers, ses maisons colorées, son front de mer, ses petites boutiques, et bien sûr son ponton ! Alors parlons-en, des pontons. Les jetées, les piers, quoi. On dirait bien que c’est une tradition en Californie. Pas de ville de bord de mer sans sa jetée. Donc vous n’avez pas fini d’en entendre parler, autant vous prévenir tout de suite !

D’ailleurs, on se ferait pas un petit jeu, tiens ? Parce que nous, à la fin de notre voyage, nous nous sommes quand même demandé combien de jetées nous avions vues au total. Et à chaque fois, nous en avons oublié une ou deux au passage ! Impossible de faire le compte exact. Du coup, au fil de ces articles, on tenterait pas de refaire le compte ???

Donc c’est parti, on en est déjà à une !

J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons

C’est dimanche, beaucoup de familles viennent à la plage. Les gens profitent du soleil dans une ambiance totalement décontractée.

Premiers achats de souvenirs, de casquettes et de tee-shirts style « on-veut-se-la-jouer-Californiens-on-veut-s’habiller-comme-les-gens-d’ici ».

Déjeuner dans un petit resto/magasin de déco, healthy, à la cool, face à la mer. Tout à fait californien, donc. Smoothies et wraps pour les touristes, please !

J4 - Compter les pontonsJ4 - Compter les pontons

Belle découverte que cette petite ville méconnue !

Mais notre venue à Avila Beach n’était pas totalement fortuite, nous partons à la recherche du studio d’un photographe renommé, Chris Burkard. (Si vous ne le connaissez pas, jetez un oeil à son compte instagram) Le gars est un peu doué, quoi. Comme nous il aime les voyages, particulièrement la Californie dont il est originaire, et l’Islande. Tiens, tiens !

Et guess what, il a un studio à Avila Beach ! L’adresse de son studio en poche, nous partons à sa recherche, dans l’espoir d’admirer ses photos exposées « en vrai » dans son atelier, voire de le rencontrer ! Malheureusement, le studio semble avoir déménagé… Mais tout n’est pas perdu : apparemment, sa nouvelle adresse se trouve à Pismo Beach. Oh, quel hasard, nous comptions justement nous rendre ensuite à Pismo Beach !!!

Nouvelle étape donc à Pismo Beach. Et ça commence plutôt bien, puisqu’en arrivant sur un parking payant, une dame qui en sort nous donne son ticket encore valide. Thanks m’ame !

Alors dans nos souvenirs, Pismo Beach, c’est la grisaille et la pluie… Nous y sommes passés il y a deux ans, et c’était pas la grande joie. Même les goëlands avaient froid ! Pour rappel, ce jour-là, ça donnait ça :

2014 vs 2016
2014 vs 2016

2014 vs 2016

Mais aujourd’hui, grand soleil ! Du coup, nous apprécions forcément plus la promenade. Et où nous mènent nos pas ?? Sur la jetée, pardi ! Et de deux !

Le goëland a l’air beaucoup plus fringant, comme vous pouvez le voir.

J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons

Il y a un peu plus de monde qu’à Avila Beach, sur la plage comme dans les rues. Et on voit de plus en plus de planches de surf. Encore une étape bien agréable en tout cas.

Il est temps de continuer nos recherches de Chris Burkard. Nous trouvons son atelier dans une rue à l’écart du centre. Mais tout est fermé, nous resterons derrière le portail… Il faut dire qu’on est dimanche, il se repose sûrement, le Chrissou ! (à moins qu’il ne soit en train de prendre des photos sur un glacier islandais, allez savoir) Un peu déçus, mais tant pis, il nous faudra revenir une autre fois… mouhahaaa !!!

La prochaine étape est beaucoup moins… californienne ! Il s’agit plutôt d’une petite incursion en Europe du Nord, au Danemark précisément. What ??

A Solvang (rien que le nom se sonne pas très US, avouez), tout est danois ! Les maisons, les pâtisseries, les moulins, le trolley, les enseignes. On peut même y croiser la petite sirène et le petit soldat de plomb. Nous prenons une pâtisserie en terrasse, au son des sabots du cheval qui promène les touristes en carriole dans la ville. Il fait bon (sûrement meilleur qu’au vrai Danemark à cette époque de l’année !), le village est mignon. Incongru mais totalement sympa !

J4 - Compter les pontonsJ4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontonsJ4 - Compter les pontons

Nous prenons une pâtisserie en terrasse, au son des sabots du cheval qui promène les touristes en carriole dans la ville.

Il fait bon (sûrement meilleur qu’au vrai Danemark à cette époque de l’année !), le village est mignon. Incongru mais totalement sympa !

J4 - Compter les pontonsJ4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontonsJ4 - Compter les pontons

Après Solvang, la route s’éloigne de la côte, et nous retrouvons les contreforts de la Sierra Nevada. Comme quoi, même lorsqu’on pense « juste » longer l’océan, on croise aussi plein de paysages différents !

J4 - Compter les pontons

45 minutes de route plus tard, nous voilà à Santa Barbaraaaa ! Nous filons directement sur le pier (oh, mais on dirait qu’on en est déjà au 3ème pier, et en une seule journée, messieurs-dames !).

Mais ce pier-là a quelque chose de plus : on peut rouler dessus en voiture ! En plus des restaurants et boutiques de souvenirs, il y a carrément des parkings pour les gros paresseux.

J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons

La lumière de fin de journée est toute jolie, le ciel devient orange et les palmiers font des ombres chinoises. Un des moments les plus magiques de ce séjour !

J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons

Nous allons ensuite nous enregistrer à l’hôtel, à quelques minutes de la plage. La chambre est chouette, bien décorée, et possède un balcon.

A peine le temps de déballer nos affaires, que nous retournons sur le pier pour dîner. Ce sera clam chowder (soupe de palourdes) et shrimps & chips (crevettes et frites) dans le restaurant Moby Dick. Mioum !

J4 - Compter les pontons
J4 - Compter les pontons

Après quoi le retour à pied à l’hôtel fera office de promenade digestive. Et il est déjà temps d’aller au dodo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *