Californie : Découvrir l’autre Californie [9/15]

 

Cette journée va sans doute encore être chargée : visite de Palm Springs, Salton Sea, Anza Borrego State Park, et route pour San Diego, soit plus de 300 miles (500 km) et un paquet d’heures de route !

Pour commencer donc, petit tour à thème art déco dans Palm Springs. Les rues sont larges et très calmes, on roule sur de grandes avenues bordées de palmiers et de grandes maisons. Idéal en cabriolet ! Dans cette région désertique, Palm Springs apparaît un peu comme une oasis au milieu des montagnes.

J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie

Le climat (environ 300 jours de soleil par an, not bad…) a fait de la ville un lieu de villégiature assez recherché à partir du début du XXème siècle. Depuis, Palm Springs est surtout connue pour être un resort apprécié à la fois des riches retraités californiens et des fêtards de la communauté LGBT. Mais ce sont surtout les célébrités venues s’y installer dans les années 1920 qui ont fait connaître la ville. Y ont résidé notamment Clark Gable, Charlie Chaplin ou Katharine Hepburn, comme bon nombre d’autres acteurs, tenus de ne pas s’éloigner à plus de deux heures des studios hollywoodiens.

Le développement d’hôtels et de maisons à l’architecture art déco dans les années 1940 donne son cachet à la ville. On est loin du luxe tape à l’oeil de Las Vegas, les architectes du style « mid-century modern » s’en donnent à coeur joie. Lignes épurées, couleurs pastels des façades, innovations, c’est ce qui a été nommé le « modernisme du désert ».

Aujourd’hui, cela donne un charme désuet et tout à fait particulier à Palm Springs. Même la mairie est art déco ! Le style a connu un regain depuis quelques années : certains hôtels ont fait peau neuve, mais toujours dans un esprit coloré et festif.

J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie

Nous passons devant la villa où Elvis Presley a passé sa lune de miel avec Priscilla.

J9 - Découvrir l'autre Californie

Quant à la propriété de Frank Sinatra (dont nous ne verrons que la clôture et les deux palmiers – « twin palms » – qui sont devenus l’emblème de la ville), elle possède un golf, une piscine en forme de piano à queue, ainsi qu’un émetteur radio et un studio d’enregistrement grâce auxquels le crooner pouvait retransmettre ses chansons à la radio. Paraît aussi que Frankie y faisait de sacrées fêtes à l’époque… Si ça vous chante, vous pouvez même louer sa maison, comme l’a fait Ryan Gosling quelques semaines avant notre passage ! (à un mois près, quoi !!!!!)

J9 - Découvrir l'autre Californie

Bon sinon, une tripotée d’autres stars a résidé à Palm Springs, comme Marylin, Steve McQueen, Liz Taylor. Et aujourd’hui, vous pourriez y croiser Leonardo DiCaprio (à bon entendeur)… ou Michel Polnareff. (A chacun son style.)

Au centre ville, Palm Springs possède même son propre « Walk of Fame », une rue dont les trottoirs sont ornés d’étoiles rendant hommage aux stars ayant un rapport de près ou de loin avec la ville. Et figurez-vous que la France aussi y est représentée ! Les étoiles de Catherine Deneuve et Line Renaud sont en bonne place.

J9 - Découvrir l'autre CalifornieJ9 - Découvrir l'autre Californie

Le centre ville n’est pas bien grand, mais agréable. On circule et on se gare facilement. Tout est propret.

En allant prendre un café au Starbucks, nous tombons sur une cérémonie en l’honneur de Jack Jones, une célébrité locale. C’est un acteur et chanteur qui justement possède déjà son étoile sur le Walk of Stars.

J9 - Découvrir l'autre Californie

Voilà pour notre visite de Palm Springs (dont je n’arrive toujours pas à prononcer correctement le nom, d’ailleurs…).

Avant de prendre la route vers la Salton Sea, nous passons prendre de l’essence. Et c’est là que je vais connaître un petit moment de solitude… Après que Thomas a rempli le réservoir de la voiture, il va dans la station récupérer sa carte (oui aux Etats-Unis, tu vas d’abord annoncer le prix que tu comptes mettre, tu laisses ta carte de crédit, et à la fin de ton plein, tu retournes valider le paiement et récupérer ta carte). Comme la plupart des voitures (enfin les voitures modernes, hein, parce que la mienne elle fait pas ça), la Mustang se verrouille automatiquement lorsque le conducteur s’éloigne avec la clé dans sa poche. Mais ce que nous ignorions, c’est qu’une fois la voiture fermée, l’alarme détecte les mouvements à l’intérieur de l’habitacle… Tu saisis où je veux en venir ?? Tu la vois, la fille qui est restée dans la voiture et qui ne peut rien faire lorsque l’alarme se déclenche au milieu de la station service ?? Enfermée à l’intérieur, condamnée à adresser un sourire crispé aux gens qui rigolent autour…

Après ce petit épisode « vis ma vie de boulet », c’est parti ! Sur le trajet vers la Salton Sea, nous empruntons une longue freeway, nous longeons des palmeraies, oasis artificielles au milieu du désert.

Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre à l’approche de la Salton Sea. Nous n’avons pas trouvé beaucoup de renseignements sur l’endroit, mais en élaborant notre itinéraire, et en voyant cette petite mer sur la carte, nous nous étions dit « Tiens, une mer en plein milieu de la Californie, pourquoi ne pas aller jeter un coup d’oeil ? ».

Eh ben, nous n’allons pas être déçus ! Nous prenons à gauche à la première occasion pour quitter la freeway et nous rapprocher de la Salton Sea. Nous traversons des rues désertes… dans la bien nommée Desert Shores.

J9 - Découvrir l'autre Californie

Que des petites maisons éparses, pas âme qui vive. Nous trouvons finalement le rivage. On est loin de la station balnéaire ! Il n’y a… rien. Oh si regarde, la plage ! Ah non, ce n’est pas du sable mais une minuscule bande recouverte de coquillages cassés. Des canaux se faufilent entre les maisons, l’eau stagnante dégage une odeur désagréable.

J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie

On se persuade qu’il doit y avoir des rives aménagées un peu plus au Sud. Le guide précise bien que dans les années 50, l’endroit était très touristique !

Nous reprenons donc la route, pour aller à Salton City. Avec un nom pareil, ce devait être l’épicentre de la région !

Mais nous voilà projetés dans une ambiance de fin du monde… On dirait qu’un ouragan est passé par ici : maisons en ruine, abandonnées, épaves de voitures, vestiges de bateaux au milieu de rues désertes… Y a-t-il encore des habitants par ici ? Des poteaux électriques sont alignés dans le vide, des avenues numérotées quadrillent une vaste étendue sans aucune construction… La désolation la plus totale, quoi. On s’attendrait presque à voir surgir des zombies !

Mais que s’est-il passé ici seriously ??

J9 - Découvrir l'autre Californie

Attention, digression ! 🤓

En creusant un peu, nous apprendrons qu’en effet, la Salton Sea a connu son heure de gloire dans les années 50, un peu par hasard, après qu’un barrage sur le fleuve Colorado a lâché et déversé son eau dans cette plaine qui avait déjà accueilli une mer il y a des millénaires de cela.

Une mer très salée voit le jour. On y reconstitue un biotope. De quoi faire des heureux : les agriculteurs du coin, qui peuvent irriguer leurs cultures, et les promoteurs immobiliers. Boum monumental du tourisme, constructions à gogo, concours de pêche, sports nautiques… Le succès est tel que la Salton Sea attire un million et demi de touristes par an.

Mais dans les années 1970, l’eau commence à s’évaporer, la concentration en sel augmente considérablement. Les poissons ne résistent pas, et comme les touristes ça n’aime pas trop les cadavres de poissons qui flottent dans l’eau stagnante, les hôtels, campings et restaurants sont abandonnés. Peu à peu, les abords de la mer sont totalement délaissés, stoppant net tous les développements mis en route. Clap de fin.

Et pour couronner le tout, l’évaporation de l’eau a fait remonter à la surface les pesticides déversés au fond de la mer par les agriculteurs de la région. Produits chimiques sympathiques qui se déversent sur les habitants au gré des averses… Allez, sans rancune.

Quittons vite cette contrée maléfique ! D’autant que j’ai une horrible envie de pipi, et y a pas le moindre café, ni le moindre buisson derrière lequel se cacher !!!

Fin de la digression ! 😊

Nous retrouvons un semblant de civilisation en rejoignant la freeway. Quelques habitants (des survivants ?) et surtout des routiers hantent les abords d’une intersection, entre une station service, une supérette et un fast-food.

Le moment le plus vivant de cette journée sera notre repas au Jack in the Box. Un bon burger (et un passage aux toilettes) ne sera pas de trop pour nous remonter le moral après cet épisode incongru.

Echange surréaliste avec la serveuse qui, toute timide, nous demande : « You’re not from here, right ? » (« Vous n’êtes pas d’ici, n’est-ce pas ? »). Ah ben c’est vrai que des touristes, doit plus y en voir des paquets par ici, d’après ce qu’on a cru comprendre ! Pourtant, apparemment, c’était quand même la deuxième fois que la petite serveuse rencontrait des Français…

J9 - Découvrir l'autre Californie

Pour poursuivre dans l’ambiance « bout du monde », nous mettons cap à l’Ouest, vers Borrego Springs. Nous prenons à nouveau de l’altitude. Nous sommes à la fois dans le désert et dans la montagne.

C’est une image de la Californie bien différente de ce qu’on connaît qui s’impose à nous. Une portion inattendue, isolée, sans doute inhospitalière, et visiblement délaissée. Une portion qui se mérite.

La route est belle, mais n’est apparemment pas très fréquentée ; il nous vient la réflexion qu’il serait ballot de crever par ici…

En nous retournant, nous apercevons la Salton Sea derrière nous. Arrêt photo obligé !

J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie

Nous atteignons la petite ville de Borrego Springs, étape préliminaire à notre visite du parc voisin. On se demande bien qui a pu avoir l’idée d’installer une ville ici, sur un plateau, au milieu d’un désert… Nous ne croisons guère que quelques randonneurs. Les bâtiments ressemblent à des décors de cinéma. Est-ce qu’on n’essaierait pas de nous faire croire que des vrais gens vivent ici ??

J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie

En parlant de film, pour ceux qui connaissent l’excellent film Into the Wild, c’est ici que le héros, Alex, passe quelques semaines en compagnie du vieux Ron (et pour les autres : qu’est-ce que vous faites encore ici ? courez voir ce film !!!). D’ailleurs, les séquences avec Tracy (Kirsten Stewart) se passent près de la Salton Sea.

J9 - Découvrir l'autre CalifornieJ9 - Découvrir l'autre Californie

Nous nous éloignons de Borrego Springs pour rentrer dans le Anza Borrego Desert State Park. Nous allons traverser le parc par la route scénique, et ferons une petite marche pour découvrir « the slot ».

Notre première réflexion de citadins est pour les quelques habitations isolées qui parsèment ces étendues hostiles. Mais QUI habite là ?? C’est à peine si nous croisons deux pick-ups…

Notre deuxième pensée est pour BipBip et le coyote… Oui oui, paraît que c’est ici que vivent les « roadrunners » (en Français « oiseau du désert américain »), BipBip, quoi. Nous on s’attend à le voir surgir à tout moment au milieu de la route !

J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie

Malheureusement (ou heureusement !), pas de BipBip. Pas de coyote non plus, pas de voitures, pas de gens quoi. Bon, j’imagine qu’en pleine saison touristique il y a peut-être des touristes, mais force est de constater que peu de gens font le détour pour visiter ce State Park perdu dans le no man’s land du sud de la Californie.

Nous prenons une piste de sable et de graviers vers le départ de « the slot ». En priant très fort pour que la voiture résiste !!! (dans le Routard, ils disent qu’on peut rouler tranquille avec n’importe quelle voiture, ils vérifient ce qu’ils avancent, hein ? HEIN ?? On va plutôt invoquer le Dieu Mustang pour ne pas crever ou s’ensabler)

Grâce à nos incantations, nous arrivons sains et saufs au bout de la piste, sur ce qui fait office de petit parking. Ô joie, nous ne sommes plus seuls au monde, deux voitures sont déjà garées là.

J9 - Découvrir l'autre Californie

Le spectacle est tout simplement impressionnant, on voit à des kilomètres à la ronde.

Nous partons le long d’un petit canyon étroit (slot canyon, donc), sur la crête d’une petite colline. Le paysage est splendide, nous profitons d’une vue à 360° sur le désert. C’est là qu’on se sent tout petits ! Rarement le regard a la chance de porter aussi loin…

(et une question me taraude : où sont passés les propriétaires des deux voitures du parking ? aucune trace de vie sur notre chemin, ni aux alentours… retrouverons-nous leurs cadavres dans plusieurs mois, dévorés par un coyote ??)

J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie

Puis nous descendons à l’intérieur du canyon. Il faut se faufiler entre les parois qui ne laissent qu’un petit passage étroit. Ce qui rend la balade assez rigolote ! (il faudra quand même penser à y aller mollo sur les burgers)

J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie

Lorsque nous ressortons du canyon, le désert baigne dans une jolie lumière de fin de journée.

Nous croisons un couple d’Américains qui arrive tout juste (enfin des gens vivants !!!). Nous échangeons quelques mots avant de regagner notre voiture. Etrange idée de commencer la balade à cette heure-ci, alors que le jour baisse dangereusement… encore des gens qui vont disparaître mystérieusement au fond d’un canyon !

J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie
J9 - Découvrir l'autre Californie

L’idée est de poursuivre la traversée du parc vers le Sud, en direction de la frontière mexicaine (enfin, si nous parvenons à sortir de cette piste de sable).

Le Dieu Mustang aura décidément été clément avec nous, le retour sur la route principale se fera sans encombre. Nous retrouvons une voie plus agréable (bitumée, quoi) et on peut dire qu’elle n’a pas volé son nom de route scénique. Le désert avec les montagnes en arrière-plan et les couleurs rose/orange du ciel, c’est quelque chose !

J9 - Découvrir l'autre Californie

Nous nous retrouvons derrière un cortège de cinq Jeeps en balade (autant de gens d’un coup, arrêtez, c’est trop !). Nous voyant arriver derrière eux, les conducteurs se rangent sagement sur le bas-côté pour nous laisser passer, en nous faisant un petit signe de la main au passage. So nice !

Une fois hors du parc, nous roulons toujours vers le Sud. Tant qu’à être là, nous aimerions voir le début de mur érigé le long de la frontière avec le Mexique (oui il y a donc déjà un mur avant l’arrivée de Donald). Nous sortons de la route principale pour nous approcher au maximum. Mais la nuit est déjà tombée, il fait noir quand nous apercevons vaguement ce qui ressemble à un mur (du coup, pas de photos). C’est plutôt la cambrousse, nul Mexicain en vue.

L’autoroute part vers l’Ouest en longeant plus ou moins la frontière. Nous filons maintenant vers San Diego.

Nous abordons un check-point, qui sert certainement à contrôler les arrivées dans le pays, mais il n’y a personne dans les parages ; nous nous fions au panneau « Don’t stop », et continuons donc sans nous arrêter. A notre passage, une grosse lumière rouge s’allume. Heuuuu c’est normal ? Il ne se passe rien de plus, bon, ça ne devait pas être bien grave…

Si je vous raconte ça, vous vous doutez bien que c’est parce que ça ne va pas en rester là… Alors rassurons nos parents, nous n’avons pas fini la journée dans une geôle américaine, non. Mais il faut avouer que quelques minutes après le passage du check-point, lorsque nous apercevons un gyrophare dans le rétroviseur, nous sommes déjà moins sereins… C’est en réalité la voiture derrière nous qui se fait arrêter par une patrouille de police. Est-ce parce que le conducteur nous collait de trop près ? Est-ce un criminel en cavale ? Nous ne saurons jamais. En tout cas, nous continuons notre route sans demander notre reste et en poussant un sacré soupir de soulagement ! Il nous faut un petit moment quand même pour retrouver notre tranquillité et ne plus scruter fiévreusement le rétroviseur…

Le reste du trajet jusque San Diego se fait dans la nuit et sous une pluie battante (mais sans autre frayeur).

Nous sommes plutôt contents d’avoir découvert un autre visage – largement méconnu – de la Californie. C’est un immense Etat (c’est plus vaste que l’Italie, par exemple), alors forcément elle a de multiples facettes. De plus, les Etats-Unis regorgent de parcs nationaux ou d’Etat, il y a donc toujours de nouvelles choses à découvrir !

Nous logeons pour deux nuits dans un motel à l’écart du centre de San Diego. La réceptionniste est particulièrement peu avenante (voire effrayante), mais nous sommes tellement contents d’être arrivés après autant de route, que nous rejoignons notre chambre sans tarder. Rien de tel qu’une bonne nuit après une journée bien remplie et autant de kilomètres parcourus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *