Californie : Manger un donut à LA [1/15]

 

Voilà, c’est parti pour un nouveau voyage !

Toujours aussi enthousiastes, et toujours aussi fringants quand il s’agit de se lever à 3h du matin pour aller à l’aéroport !^^

Les journées de trajet ne sont clairement pas ce qu’on préfère dans un voyage, mais l’excitation est à son comble quand même !

Nous avons réservé le vol par Iberia en février. Nous partons de Nantes, et ferons escale à Madrid, pour arriver à Los Angeles en fin d’après-midi.

J1 - Manger un donut à LA

1ère étape : Nantes-Madrid (6h40-8h15)

4h00 – Calme et lumière blafarde dans le hall de l’aérogare. Des individus à chapeau et lunettes de soleil errent entre les rangées de sièges en attendant leur embarquement.

5h00 – Le logiciel d’Iberia n’est pas du matin, il refuse de se mettre en route. Impossible d’enregistrer les bagages. Mais il en faut plus pour nous stresser !

6h30 – Nous attendons toujours devant le comptoir d’Iberia. Ca va être un peu juste pour décoller à l’heure prévue.

7h25 – Comme le monde est bien fait, un gentil monsieur d’astreinte a résolu le problème informatique, et les formalités passées, nous décollons avec 45 minutes de retard.

Les bagages nous suivront automatiquement jusqu’à Los Angeles, sans qu’on ait besoin de les récupérer et de les réenregistrer à Madrid. Tout va bien, nous sommes bon pied bon oeil !

J1 - Manger un donut à LA

Escale à Madrid.

9h30 – Petit déjeuner à l’aéroport de Madrid. L’oeil est déjà un peu moins vif.

10h00 – Occupations diverses. Acheter des écouteurs neufs, aller faire pipi, jouer sur l’iPad, rejoindre la porte d’embarquement, faire semblant de lire, retourner faire pipi, voir que le vol pour Los Angeles est retardé lui aussi, faire une nouvelle partie de CandyCrush, prendre des selfies, regarder les avions et les gens qui attendent.

12h00 – Y a des gens qui bougent là-bas, nan ? Regarde, ils font la queue devant notre porte d’embarquement. C’est l’embarquement qui commence ? Ah non. Ils devaient juste avoir des fourmis dans les jambes.

12h15 – Faire le tour du terminal, acheter à boire, écouter les conversations des gens, vérifier 12 fois qu’on n’a pas égaré les billets. Plus de vies sur CandyCrush. Ah, et retourner faire pipi.

13h45 – Décollage !!!

J1 - Manger un donut à LA

2ème étape : Madrid – Los Angeles (12h45-16h15) (13h45-16h45)*

Ce que nous retiendrons de ce vol : l’avion n’est pas mal du tout, on peut regarder des films sur les écrans individuels. Et en plus y a de la bière !^^ Et en Espagnol, « thé » se dit « téééé ! », mais avec une voix très forte – c’est important -, et tu le répètes bien à chaque passager, des fois que celui qui voulait pioncer tranquille là-bas n’ait pas bien entendu.

* Non, le vol pour Los Angeles ne dure pas 3 heures, hein, c’est juste qu’il y a 11 heures de vol et 8 heures de décalage horaire (en été).

J1 - Manger un donut à LAJ1 - Manger un donut à LA

Et 11 heures de vol, c’est un peu longuet. Et on n’a pas encore trouvé de moyen de dormir un peu convenablement dans un avion.

Mais même au bord de l’épuisement, la joie du voyage n’est pas retombée !

Le retard a été réduit durant le vol ; nous atterrissons à Los Angeles à 16h45 au lieu de 16h15. Good job, Monsieur le pilote !

J1 - Manger un donut à LA

Arrivée à Los Angeles.

A partir de maintenant, comme nous sommes de bons Français bien râleurs, nous nous attendions à patienter dans des files interminables aux guichets successifs de l’immigration, puis au carrousel des bagages.

Mais comme l’univers sait que nous avons déjà un peu poireauté depuis ce matin (et que nous avons épuisé toutes les occupations prévues, et que nous ne sommes plus très frais), il a décidé de battre le record de la sortie d’aéroport la plus expresse du monde. Ouep.

Donc, à partir du moment où nous posons le pied sur le sol américain (enfin, sur la moquette de la passerelle de débarquement), nous allons :

– être dirigés vers des bornes automatiques, car nous sommes déjà venus aux USA depuis moins de cinq ans ;

– répondre à un questionnaire, donner nos empreintes digitales et oculaires à la borne automatique (magnifique photo de touriste blafarde et au regard blasé) ;

– récupérer le papier ainsi édité et le montrer à une charmante dame qui n’apprécie pas beaucoup les touristes à chapeau mais qui aime la rapidité ;

– suivre une file qu’un gentil monsieur ouvre juste à notre arrivée, pour donner une nouvelle fois notre papier et notre photo de serial killer à un autre monsieur ;

– récupérer nos bagages sortis parmi les premiers ;

– quitter l’aérogare et nous poster à l’arrêt des navettes pour les loueurs de voitures.

Le tout en 15 minutes, montre en main. God bless America ! C’est limite l’euphorie.

17h00 – Nous prenons donc maintenant un shuttle pour aller récupérer notre voiture. Les loueurs de voitures n’étant pas tous basés au même endroit aux abords de l’aéroport, chaque loueur envoie ses propres navettes pour récupérer les touristes. Très pratique car pas besoin de guetter le bon arrêt et de descendre en catastrophe.

C’est ainsi que sous le soleil californien, nous arrivons chez Alamo avec quelques autres vacanciers.

Nous avons, avant de partir, imprimé un bon qui nous permet de ne pas attendre au guichet (« skip the counter »), mais de nous rendre directement sur le parking. Voilà comment passer sous le nez des touristes arrivés en même temps que nous !^^

Tout est déjà réglé, il n’y a plus qu’à se « servir » et à donner notre imprimé à la sortie du parking.

Des rangées entières de voitures américaines : on en connaît un qui se croirait dans un magasin de jouets !^^

Alors Mustang ou Camaro ? La Mustang, ok, mais blanche ou plutôt bleue ? Ca y est, on peut le dire, c’est l’euphorie totale !

J1 - Manger un donut à LA

18h00 – Ca y est, le roadtrip peut commencer !!!

Vas-y, on décapote et on sort les lunettes de soleil !

Première destination : Randy’s Donuts, non loin de l’aéroport. C’est un magasin de donuts créé dans les années 50 et dont le bâtiment, surmonté d’un donut géant, apparaît dans les films Iron Man 2 ou Mars Attacks.

Des donuts à tous les parfums, un drive-thru, le soleil et des grosses voitures… C’est là que nous nous rendons pleinement compte que nous sommes de retour aux Etats-Unis !

Iron Man 2 - Réal. Jon Favreau, prod. Marvel Studio/Paramount Pictures -- Can't stop the feeling - Timberlake/Martin/Shellback, prod. Sony
Iron Man 2 - Réal. Jon Favreau, prod. Marvel Studio/Paramount Pictures -- Can't stop the feeling - Timberlake/Martin/Shellback, prod. SonyIron Man 2 - Réal. Jon Favreau, prod. Marvel Studio/Paramount Pictures -- Can't stop the feeling - Timberlake/Martin/Shellback, prod. Sony

Iron Man 2 – Réal. Jon Favreau, prod. Marvel Studio/Paramount Pictures — Can’t stop the feeling – Timberlake/Martin/Shellback, prod. Sony

Notre hôtel de ce soir est à l’opposé de l’aéroport dans Los Angeles. Il nous faut donc traverser la ville du sud au nord. Nous n’y passerons qu’une nuit, et prendrons la route dès demain pour le nord, vers le parc national de Sequoia. Nous avons donc volontairement choisi de commencer dès ce soir notre trajet vers le nord, afin de raccourcir le temps de route du lendemain.

Mais nous n’allons pas quitter LA sans passer voir la mer !

La rapidité avec laquelle nous nous sommes acquittés des formalités d’immigration et de location de voiture fait que nous avons le temps de passer par Santa Monica. Ce serait dommage de se priver de la plage au coucher de soleil !

Nous voilà donc en route sur les freeways de Los Angeles. C’est comme si nous étions de retour chez nous ! Nous nous sentons toujours aussi à l’aise dans cet environnement, le plaisir est intact !

J1 - Manger un donut à LA

19h00 – A Santa Monica, le parking où nous voulons nous garer ferme malheureusement au coucher du soleil, c’est-à-dire maintenant !…

Un peu déçus de ne pas pouvoir profiter de la plage et de la jetée, nous prenons quand même quelques minutes pour humer l’air de l’océan et prendre des photos. Au moins nous aurons vu les jolies couleurs du ciel californien au-dessus de l’océan pour notre arrivée !

J1 - Manger un donut à LA
J1 - Manger un donut à LA

Nous reprenons la route vers notre hôtel et le quartier de Panorama City, où nous avons repéré un magasin dans lequel nous pourrons acheter une carte SIM, grâce à laquelle nous aurons le GPS sur le téléphone. Car pour l’instant, nous nous orientons à l’ancienne, avec une bonne vieille carte imprimée !

La vendeuse du Walmart, très gentille, s’occupe elle-même d’activer notre carte SIM par téléphone.

C’est l’occasion aussi d’acheter quelques vivres pour ce soir et la journée de demain. Premières courses américaines ! Nous retrouvons les immenses rayons de céréales, les fruits qui s’achètent déjà coupés en morceaux, les pots énormes de beurre de cacahuètes et les bidons de thé glacé.

En reprenant la voiture, ça y est, le coup de barre arrive… La tension et l’excitation du départ retombent. Ici, il fait nuit, mais en France, il est 9 heures du matin, nous sommes debout depuis 32 heures. Autant dire que nous n’avons plus vraiment bonne mine !^^ Il est temps de rejoindre le motel.

J1 - Manger un donut à LA

Notre motel n’est pas loin du Walmart. Soulagés d’être arrivés à bon port pour notre dernière étape de la journée !

L’enregistrement est rapide et efficace. C’est sans aucun stress que nous retrouvons nos petites habitudes du voyage précédent. Un petit Mac and Cheese au micro-ondes, et hop, nous allons bien dormir !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *