Un roadtrip en van

 

Ahhhhh la Nouvelle-Zélande !… Ses collines verdoyantes tachetées de moutons, ses Hobbits rieurs, ses paysages à couper le souffle… On a tellement de représentations de ce pays, alors qu’on le connaît si mal.

Ce morceau de culture anglophone à l’autre bout du monde est à la fois proche et lointain. Il fait fantasmer tout voyageur ; il laisse peu de gens indifférents. Mais qu’allons-nous y trouver réellement ?

Un roadtrip en van

Alors d’abord, pourquoi la Nouvelle-Zélande ?

Tout commence en janvier 2017. Morosité et temps pluvieux. Besoin de faire de nouveaux projets.
Début des investigations sur différentes destinations.
Avoir l’opportunité de prendre presque quatre semaines de congés fin avril-début mai, sans la certitude que ça se représente à nouveau à l’avenir, nous pousse à préférer un voyage qui demande du temps. Un voyage qui nécessite un looong trajet aller-retour… Un voyage aux antipodes ! New-Zealand ! We have a deal !

Comme pour chacun de nos voyages, les préparatifs commencent quelques mois avant le départ. Entre guides de voyages, récits et forums, notre circuit s’ébauche, puis s’affine.

Il y a tant à voir qu’il faut faire des choix. A chaque voyage c’est un crève-cœur que de devoir « sacrifier » certaines régions. Mais nous avons aussi appris qu’il vaut mieux se centrer sur quelques essentiels et en profiter pleinement, plutôt que de courir sans cesse d’un point à un autre.

Nous avons tout de même de quoi bien remplir trois semaines entières, sur les deux îles qui constituent la Nouvelle-Zélande. Nous commencerons par Auckland, pour faire route ensuite vers le Sud. Notre trajet nous mènera ensuite sur l’île du Sud, où nous ferons une boucle de la côte Ouest jusqu’à Christchurch.

Un roadtrip en van

La Nouvelle-Zélande se découvre par ses routes. On avance au fil de ses paysages, de colline en montagne. Ce n’est pas un pays qui « se consomme » en quelques jours, mais qui mérite qu’on se mette à son rythme.

Un roadtrip en van

C’est décidé, nous allons louer un van. Seule façon de communier avec ce pays et de s’accorder à son atmosphère. Si nous adorons les roadtrips, passer trois semaines dans un van sera une première pour nous. Comme nous ne sommes pas vraiment du tout des baroudeurs, cela soulève plusieurs questions : allons-nous apprécier ce mode de vie un peu moins confortable que ce à quoi nous sommes habitués ? allons-nous nous en sortir avec la logistique au jour le jour ? n’allons-nous pas finir par nous détester à passer le plus clair de notre temps dans trois mètres carrés ?

Craintes vite balayées à mesure que nos préparatifs avancent, car c’est sûr, pour nous, la Nouvelle-Zélande se fera en van ou ne se fera pas. Cela fait partie intégrante de l’expérience.

Comme les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande est tout à fait adaptée aux vacances en van. On y trouve de nombreux campings répartis sur tout le territoire, et on peut même parfois s’arrêter et passer la nuit où on veut, en pleine nature.

Et évidemment, de nombreux loueurs proposent des vans à la location, du plus « hippie » au plus « confort ».

Nos critères à nous sont les suivants : un modèle récent, pas trop petit, pour se sentir à l’aise et ne pas se marcher sur les pieds si séjour prolongé en cas de pluie, et aussi pour pouvoir cuisiner à l’abri. Autre critère majeur : tenir debout à l’intérieur (coucou monsieur je-fais-1m90 !). N’oublions pas que nous serons en plein automne là-bas et qu’il risque de pleuvoir. L’option break ou petit van avec coin cuisine dans le coffre, obligeant à cuisiner dehors, ne nous semble donc pas judicieuse…

Et enfin, last but not least, nous faisons le choix d’un van self-contained, c’est-à-dire équipé d’une douche et de toilettes, afin d’être complètement autonomes. Ainsi, pas d’obligation de passer toutes nos nuits dans des campings équipés. Nous voulons donner un petit côté roots (enfin, toutes proportions gardées, hein :-D) à ce voyage !

l'élu

l’élu

Indispensable : CamperMate, une application qui recense tous les campings et aires de stationnement prévus pour les vans. En étant en van self-contained, nous aurons un plus large choix.

Cette application vous géolocalise et vous trouve toutes les possibilités de stationnement autour de vous, ainsi que les stations-essence ou encore les supermarchés. Car certaines régions de Nouvelle-Zélande sont peu habitées, et il faut prendre ses précautions avant de s’engager pour des trajets de plusieurs centaines de kilomètres.

Nous alternerons entre différentes formules :

– les campings conventionnels, avec toutes les facilités, tels qu’on les connaît en France,

– les campings du Department of Conservation (l’agence néo-zélandaise chargée de la protection du patrimoine naturel), souvent situés dans la nature, près des sites touristiques majeurs,

– et enfin les aires de free camping (gratuites, donc), en bord de route ou de lac.

du plus sauvage au plus aménagé !
du plus sauvage au plus aménagé !
du plus sauvage au plus aménagé !

du plus sauvage au plus aménagé !

Alors bien sûr, il a fallu prendre le van un peu en main. Question gabarit d’abord (7 mètres de long quand même !), mais surtout pour la conduite à gauche ! Mais en réalité, cela ne nous a pas posé de problème. Aucun incident à signaler !!!

Au bout de trois semaines de pérégrinations, nous avons trouvé que le van était plutôt confortable. Nous n’avons pas du tout eu mal au dos.

il a fait ça toute sa vie !!!

il a fait ça toute sa vie !!!

A bord, c’est presque le luxe : coin cuisine avec gazinière, micro-ondes, évier et frigo, banquettes qui se transforment en lit, pièce d’eau avec toilettes, douche et mini-lavabo, placards, chauffage au gaz et petit radiateur électrique d’appoint. Et donc on peut facilement se tenir debout, et même se croiser !

Le loueur nous fournit également des draps et des serviettes de toilettes, et (en supplément) une table et des chaises de camping.

Et alors cerise sur le gâteau, cherry on the cake : un routeur wifi, grâce auquel nous aurons accès à Internet tout au long de notre roadtrip. Si c’est pas le comble du luxe, ça !

Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van

Nous prenons rapidement nos petites habitudes dans le van : chaque soir, après avoir cherché sur CamperMate un endroit où passer la nuit, nous branchons l’électricité si nous sommes sur une aire équipée, nous ouvrons le gaz pour nous chauffer un peu et faire à manger.

Et hop, apéro !

Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van

Le côté moins glamour (car il y en a un, ne nous le cachons pas), c’est qu’il faut trouver une station de vidange tous les deux ou trois jours, afin de vider les eaux usées et de remplir notre réserve d’eau. La batterie électrique nécessite elle aussi d’être rechargée régulièrement.

Si au début, cet aspect de notre roadtrip nous faisait un peu peur, finalement, c’est devenu une routine.

non, vous ne voulez vraiment pas savoir ce qu'il trimballe là-dedans
non, vous ne voulez vraiment pas savoir ce qu'il trimballe là-dedans
non, vous ne voulez vraiment pas savoir ce qu'il trimballe là-dedans
non, vous ne voulez vraiment pas savoir ce qu'il trimballe là-dedans

non, vous ne voulez vraiment pas savoir ce qu’il trimballe là-dedans

La vie en van est donc très facile. Nous qui étions plutôt habitués aux hôtels, nous nous y sommes très bien accommodés (en grande partie parce que nous avions un super modèle, avouons-le !). La seule chose que nous n’avions pas trop anticipée, c’est le froid. La nuit, la température tombait en-dessous de zéro dans certains coins, et un van, c’est pas super isolé ! Du coup pour dormir, trois couches de vêtements et combo polaire, bonnet, grosses chaussettes obligatoires !

Un roadtrip en van
Un roadtrip en van

Mais ce van, notre van, est devenu notre fidèle compagnon de route, sur les pistes comme sur les routes bien goudronnées, quel que soit le temps. Il nous aura menés chaque jour à bon port, en bord de mer ou en montagne, dans les fjords comme par-delà les collines, et même sur le ferry ! Il ne nous aura pas fait défaut une seule fois.

Pas besoin de défaire et refaire les valises chaque jour, il nous suit partout, c’est notre maison à roulettes. Nous nous sommes habitués sans souci à cette petite vie nomade !

Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van

Et découvrir chaque matin un nouveau décor, de superbes paysages, en tirant les rideaux, ça n’a juste pas de prix !

Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van
Un roadtrip en van

Bilan plus que positif donc ! Nous n’avons rien cassé, rien fait exploser.^^ Nous sommes convaincus que le voyage n’aurait pas été le même sans notre Vanou. Il a totalement participé de cette expérience incroyable. Nous avons beaucoup aimé notre liberté, avancer à notre rythme, ne pas nous préoccuper de planifier nos étapes. Et surtout le sentiment de profiter beaucoup plus de la nature et des paysages.

A ceux qui ont peur de sauter le pas, aucune crainte à avoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *